top of page
Search

PRESS STATEMENT BY THE VIETNAMESE CANADIAN FEDERATION (VCF)

PRESS STATEMENT BY THE VIETNAMESE CANADIAN FEDERATION (VCF) ON THE NOTICE OF REVIEW OF LABOUR RIGHTS VIOLATIONS BY THE GOVERNMENT OF THE SOCIALIST REPUBLIC OF VIETNAM BY CANADA'S NATIONAL ADMINISTRATIVE OFFICE (NAO) - COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA FÉDÉRATION VIETNAMIENNE DU CANADA (FVC) CONCERNANT L'AVIS D'EXAMEN DES VIOLATIONS DES DROITS DU TRAVAIL DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM PAR LE BUREAU ADMINISTRATIF NATIONAL DU CANADA (BAN)


***Le texte français suit*** FOR IMMEDIATE RELEASE PRESS STATEMENT BY THE VIETNAMESE CANADIAN FEDERATION (VCF) ON THE NOTICE OF REVIEW OF LABOUR RIGHTS VIOLATIONS BY THE GOVERNMENT OF THE SOCIALIST REPUBLIC OF VIETNAM BY CANADA'S NATIONAL ADMINISTRATIVE OFFICE (NAO) Ottawa, March 21, 2023 We, The Vietnamese Canadian Federation (VCF), welcome and commend the decision taken today by Canada’s National Administrative Office (NAO) to initiate a trade complaint review by the Canadian government to stop violations of labour rights by the Government of the Socialist Republic of Vietnam, under the Labour Chapter of the Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership (CPTPP) and regarding compliance with the International Labour Organization (ILO) Declaration on Fundamental Principles and Rights at Work and its Follow-up (1998, ILO Declaration). We are encouraged that the Canadian government has listened to our concerns and moved this complaint forward. It's just a start but definitely a good decision. We are extremely grateful that Canada’s National Administrative Office (NAO) promptly responded to our call. It should be noted that Canada and Vietnam are both parties to the CPTPP. Canada joined the CPTPP in December 2018, and Vietnam joined the CPTPP in January 2019. In Chapter 19 dealing with labour, both countries made commitments to abide by the ILO Declaration, in particular those on freedom of association and the right to collective bargaining. Article 19.3.1(a) of the CPTPP states that: "Each Party shall adopt and maintain in its statutes and regulations, and practices thereunder, the following rights as stated in the ILO Declaration: "freedom of association and the effective recognition of the right to collective bargaining;". We have noticed that it is widely reported that Vietnam does not tolerate any freedom, including freedom of association, one of the fundamental principles of the ILO Declaration. The only labour union allowed to legally operate is state-run and controlled by the country’s ruling communist party, which is a flagrant violation of the rights to freedom of association and collective bargaining under the ILO Declaration. Therefore, Vietnam is in clear violation of its CPTPP obligations under Art. 19.3.1(a). We have been repeatedly informed that the Vietnamese government tightly controls labour unions, which are required by law to be affiliated with the country's only official union, the Vietnam General Confederation of Labour (VGCL), controlled by the Communist Party of Vietnam (CPV). This effectively limits workers' ability to form independent unions and to negotiate with employers on their own terms. Workers who attempt to organize outside of the VGCL can face retaliation, including dismissal or harassment. Therefore, in our opinion, improving the rights to freedom of association of Vietnamese workers will certainly increase their standard of living. The CPTPP Labour Chapter also specifies, through footnote no.4*, that labour obligations are to be considered in their trade context, i.e. whether the non-respect of labour rights by one Party may negatively impact the level-playing field in the trading relationship among the CPTPP parties. In that regard, it is remarkable that Vietnam’s exports to Canada, which were relatively stable in the years prior to the entry into force of the CPTPP, more than doubled in the four years since Vietnam joined the Agreement in 2019, from $5.4 billion in 2018 to $12.8 billion in 2022. In return, Canada’s exports to Vietnam, which had been steadily growing prior to the entry into force of the CPTPP, suddenly reversed course and dropped by at least a third, going from $1.1 billion in 2018 to $660 million in 2021 (2022 export data not yet available). That gap is expected to keep growing substantially as manufacturers are rapidly relocating their operations away from China to other locations, notably Vietnam. Vietnam has therefore benefited hugely from its entry into the CPTPP but unfortunately has ignored its part of the inherent trade-off in the outcome of the negotiations, by not bringing its labour laws and practices into compliance with the CPTPP Labour Chapter obligations. The VCF, as a Canadian organization, also recognizes the importance of ensuring that Canada’s trade and investment interests benefit from conditions of fair competition in international agreements, especially in the country’s relations with Vietnam. The VCF therefore considers itself a stakeholder in Canada’s relations with Vietnam within the framework of the CPTPP.

For all the reasons stated above, we urge the Canadian government to quickly take the necessary steps to fully address Vietnam’s non-compliance with the CPTPP’s Labour Chapter obligations; Canada should not hesitate to use the consultation mechanism available to it under the CPTPP, including under the Dispute Settlement Chapter that allows for the imposition of monetary penalties and trade sanctions, should Vietnam prove unwilling to remedy its non-compliance issues. For further information contact: Dr. Minhtri Truong President The Vietnamese Canadian Federation (VCF) (613) 262-1652 truongmt222@rogers.com -‐-----‐----------------------------------------------- * To establish a violation of an obligation under Article 19.3.1 (Labour Rights) or Article 19.3.2, a Party must demonstrate that the other Party has failed to adopt or maintain a statute, regulation or practice in a manner affecting trade or investment between the Parties. https://www.canada.ca/en/employment-social-development/services/labour-relations/international/agreements/trans-pacific/vietnam.html *********************************** POUR DIFFUSION IMMEDIATE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA FÉDÉRATION VIETNAMIENNE DU CANADA (FVC) CONCERNANT L'AVIS D'EXAMEN DES VIOLATIONS DES DROITS DU TRAVAIL DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM PAR LE BUREAU ADMINISTRATIF NATIONAL DU CANADA (BAN) Ottawa, le 21 mars 2023 Nous, La Fédération Vietnamienne du Canada (FVC), saluons et félicitons la décision prise aujourd'hui par le Bureau administratif national du Canada (BAN) d'initier un examen des plaintes commerciales par le gouvernement canadien dans le but de mettre fin aux violations des droits des travailleurs par le gouvernement de la République socialiste du Vietnam, en vertu du chapitre sur le travail de l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) et concernant le respect de la Déclaration de l'Organisation internationale du Travail (OIT) relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi (1998, Déclaration de l'OIT). Nous sommes encouragés de voir que le gouvernement canadien a écouté nos préoccupations et a fait avancer cette plainte. Ce n'est qu'un début mais certainement une bonne décision. Nous sommes extrêmement reconnaissants que le Bureau administratif national du Canada (BAN) ait répondu rapidement à notre appel. Il convient de noter que le Canada et le Vietnam sont tous deux parties au PTPGP. Le Canada a rejoint le PTPGP en décembre 2018 et le Vietnam a rejoint le PTPGP en janvier 2019. Dans le chapitre 19 traitant du travail, les deux pays se sont engagés à respecter la Déclaration de l'OIT, en particulier celles sur la liberté d'association et le droit à la négociation collective. L'article 19.3.1(a) de l'Accord du PTPGP stipule que : "Chacune des Parties adopte et maintient dans ses lois et règlements, ainsi que dans les pratiques établies sous leur régime, les droits suivants comme ils sont énoncés dans la Déclaration de l’OIT" soit "la liberté d’association et la reconnaissance effective du droit de négociation collective;". Nous avons remarqué qu'il est largement rapporté que le Vietnam ne tolère aucune liberté, y compris la liberté d'association, l'un des principes fondamentaux de la Déclaration de l'OIT. Le seul syndicat autorisé à fonctionner légalement est géré par l'État et contrôlé par le parti communiste au pouvoir, ce qui constitue une violation flagrante des droits à la liberté d'association et à la négociation collective en vertu de la Déclaration de l'OIT. Par conséquent, le Vietnam est en violation flagrante de ses obligations en vertu de l'Art. 19.3.1(a) du PTPGP. Nous avons été informés à plusieurs reprises que le gouvernement vietnamien contrôle étroitement les syndicats, qui sont tenus par la loi d'être affiliés au seul syndicat officiel du pays, la Confédération générale du travail du Vietnam (CGTV), contrôlée par le Parti communiste du Vietnam (PCV). Cela limite effectivement la capacité des travailleurs à former des syndicats indépendants et à négocier avec les employeurs selon leurs propres conditions. Les travailleurs qui tentent de s'organiser en dehors de la CGTV peuvent faire face à des représailles, y compris le licenciement ou le harcèlement. Par conséquent, à notre avis, l'amélioration des droits à la liberté d'association des travailleurs vietnamiens augmentera certainement leur niveau de vie. Le chapitre sur le travail du PTPGP précise également, par la note de bas de page n°4*, que les obligations de travail doivent être considérées dans leur contexte commercial, c'est-à-dire si le non-respect des droits du travail par une Partie peut avoir un impact négatif sur l'égalité des conditions dans la relation commerciale entre les partis du PTPGP. À cet égard, il est remarqué que les exportations du Vietnam vers le Canada, qui étaient relativement stables au cours des années précédant l'entrée en vigueur du PTPGP, aient plus que doublé au cours des quatre années suivant l'adhésion du Vietnam à l'Accord en 2019, passant de 5,4 milliards de dollars en 2018 à 12,8 milliards de dollars en 2022. En retour, les exportations du Canada vers le Vietnam, qui avaient connu une croissance constante avant l'entrée en vigueur du PTPGP, se sont subitement inversées et ont chuté d'au moins un tiers, passant de 1,1 milliard de dollars en 2018 à 660 millions de dollars en 2021 (les données d'exportation de 2022 ne sont pas encore disponibles). Cet écart devrait continuer de croître considérablement, car les fabricants délocalisent rapidement leurs opérations hors de Chine vers d'autres sites, notamment le Vietnam. Le Vietnam a donc énormément profité de son entrée dans le PTPGP mais a malheureusement ignoré sa part de compromis inhérente à l'issue des négociations, en ne mettant pas ses lois et pratiques du travail en conformité avec les obligations du chapitre du travail du PTPGP. La FVC, en tant qu'organisation canadienne, reconnaît également l'importance de veiller à ce que les intérêts commerciaux et d'investissement du Canada bénéficient de conditions de concurrence loyale dans les accords internationaux, en particulier dans les relations du pays avec le Vietnam. La FVC se considère donc comme partie prenante des relations du Canada avec le Vietnam dans le cadre du PTPGP. Pour toutes les raisons énoncées ci-dessus, nous exhortons le gouvernement canadien à prendre rapidement les mesures nécessaires pour remédier pleinement au non-respect par le Vietnam des obligations du chapitre sur le travail du PTPGP; Le Canada ne devrait pas hésiter à utiliser le mécanisme de consultation mis à sa disposition dans le cadre du PTPGP, y compris en vertu du chapitre sur le règlement des différends qui permet l'imposition de sanctions pécuniaires et de sanctions commerciales, si le Vietnam s'avère réticent à remédier à ses problèmes de non-conformité. Renseignements : Dr. Minhtri Truong Président Fédération Vietnamienne du Canada (FVC) (613) 262-1652 truongmt222@rogers.com ------------------------------------------------------- * Pour établir une violation d'une obligation en vertu de l'article 19.3.1 (Droits du travail) ou de l'article 19.3.2, une Partie doit démontrer que l'autre Partie n'a pas adopté ou maintenu une loi, un règlement ou une pratique d'une manière affectant le commerce ou l'investissement entre les parties. https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/relations-travail/internationale/accords/transpacifique/vietnam.html

37 views0 comments

Recent Posts

See All

Heading 1

bottom of page